Auguste HERBIN - 1882-1960
Du 14 octobre 2012 au 3 février 2013

La rétrospective que le musée départemental Matisse du Cateau-Cambrésis et le musée départemental d’Art Moderne de Céret consacrent à Auguste Herbin, présente un panorama complet de l’oeuvre de cet artiste qui a été un des fondateurs de l’abstraction en France en 1917 et qui inventa dans les années 40-60 un alphabet plastique : correspondance entre les sons, les formes et les couleurs.
 
"Toute l'action de la peinture réside dans le rapport des couleurs entre elles, dans le rapport des formes entre elles et dans le rapport entre les formes et les couleurs". C'est ce combat libérateur de tout académisme que Herbin va mener pendant sa vie. En donnant à la couleur et à la forme sa pleine puissance, il a marqué le siècle de façon magistrale. L’oeuvre d’Herbin emmène le spectateur dans l’histoire de l’abstraction : une peinture faite pour l’homme, dégagée des contraintes du sujet, conçue pour n’exprimer que la couleur pure (jaune, rouge, bleu, vert, orange et rose), en l’inscrivant dans les formes du vocabulaire géométrique élémentaire (rectangle, carré, cercle, et triangle) pour lui donner une dimension universelle, expression de l’espace et du temps. Ces découvertes plastiques serviront à construire notre monde contemporain.
 
 
 
L’exposition regroupe une sélection significative d’environ deux cents cinquante oeuvres (peintures, sculptures, gouaches, dessins) conservées dans les grands musées et collections privées européens et américains. Elle est la plus grande exposition de cet artiste jamais organisée.

Auguste Herbin est, avec Matisse, le fondateur du musée du Cateau-Cambrésis auquel il offre vingt-quatre oeuvres en 1956. Aujourd’hui la collection compte 62 oeuvres qui constituent la première collection publique de cet artiste qui fut à l’origine de l’abstraction.
Herbin comme Matisse est descendant de tisserands et a passé sa jeunesse au Cateau-Cambrésis, dans le sud du département du Nord, dans cette région semirurale consacrée au textile. Au XIXe siècle, les usines et les ateliers textiles du Cateau ont fait de luxueux tissus de laine au dessin géométrique alors que le Cambrésis se spécialisait dans la dentelle et la broderie. Herbin naît à Quiévy dans le Cambrésis en 1882 mais passe son enfance au Cateau-Cambrésis. Il vient vivre à Paris dès 1901 et participe aux grandes révolutions d’abord fauve puis cubiste. Après la Première Guerre mondiale, il devient un des principaux protagonistes des grands mouvements de l'abstraction de cette première moitié du siècle et l’un des fondateurs de l’abstraction en France, au moment où naissaient les mouvements De Stijl au Pays-Bas, du Constructivisme en Russie et du Bauhaus en Allemagne. Membre fondateur d’ "Abstraction-Création" et du salon des " Réalités nouvelles", ses recherches vont porter sur le rapport entre la couleur posée en aplat lisse et sans modulation dans laquelle n'intervient ni dégradés ni épaisseurs de matière, et la forme qu'il veut épurée à l'extrême, sans lyrisme ni anecdotisme. La forme géométrique est précise : elle est cercle, quadrilatère, triangle..., formes qu'il va même chercher à codifier en liant formes et couleurs au mot (dans le sens poétique de "verbe"), point de départ de l’oeuvre. Cet art
de vérité et de liberté englobe la poésie, la musique et les arts plastiques.
 
« Toute l’action de la peinture réside dans le rapport des couleurs entre elles, dans le rapport des formes entre elles et dans le rapport entre les formes et les couleurs. (...) Ayant renoncé à la représentation de l'objet, nous avons renoncé en même temps à tous les caractères quantitatifs : poids, matières, proportions en trois dimensions, perspectives linéaires... Notre imagination ne pourra en aucun cas puiser dans ces caractères pour définir et enrichir la composition de l'oeuvre. » (Herbin, L'art non figuratif non objectif, 1949)

La Donation d’Auguste Herbin à la ville de son enfance

En 1953, Auguste Herbin visite le musée Matisse. Il était né en 1882 à Quiévy, un village des environs et avait passé son enfance au Cateau-Cambrésis. Il y avait suivi jusqu’à l’âge de 16 ans les cours du soir de dessin industriel et de modeleur. Bien que vivant ensuite à Paris, il resta toute sa vie très attaché à la ville de sa jeunesse. En 1954, il propose de donner quelques toiles. C'est finalement, vingt-quatre peintures, sculptures, gouaches et dessins qu'il offre au musée, par une donation signée en janvier 1956. Ces oeuvres sont accrochées dans la salle des mariages de l'Hôtel de Ville. Pendant trente ans, les habitants du Cateau-Cambrésis se marient devant les peintures géométriques d’Herbin dont l’abstraction ne généra aucune opposition probablement parce que, tisserands de génération en génération, ils sont alors familiarisés avec les décors
géométriques des tissus. 

Autre générosité exceptionnelle, Herbin offre aux enfants de la ville des oeuvres d’art monumentales dans le but d’intégrer l’art à la vie. Le vitrail Joie et la mosaïque Orphée transforment l’école primaire Herbin. Aujourd’hui, afin qu’il soit entièrement visible de
tous, un deuxième état du vitrail d’Herbin est installé dans le nouveau musée.

 


 


Herbin

Auguste Herbin
projet d’affiche, 1958, 
gouache et collage
Coll Lahumière (c)
ADAGP, 2012
Photo Galerie Lahumière, Paris
 


























Vitrail Herbin

Auguste Herbin
mosaïque Orphée 
école primaire Herbin au Cateau-Cambrésis
 






























Vitrail Joie HERBIN

Auguste Herbin
Joie, 1957
Vitrail, Musée Matisse
 




Auguste HERBIN - 1882-1960
Du 14 octobre 2012 au  3 février 2013
Musée départemental Matisse
Palais Fénelon
59360 Le Cateau-Cambrésis
T. 33 (0)3 59 73 38 00
museematisse@cg59.fr

Auguste HERBIN - 1882-1960